I'm a title. Click here to edit me

Manifeste de l'acceptation circonstanciée

Performance manifestive | « L'être et le néant  | DÉTRUIRE disent-ils ! »

 

Cet accrochage au Cercle que nous démonterons dans quelques heures, partie d’un dispositif internautique inédit qu’on a dans les médias délibérément ignoré, néantisé, est une partie conséquente du résultat de près de 40 de carrière professionnelle en art et métiers d’arts visuels.

 

Ce n’est pas le fin du fin, ni mon dernier mot, mais ce n’est pas… RIEN.

Si 40 ans de pratique d’un homme c’est du vide, qu’est-ce d’autre qui est un plein ?

 

Les médiatisateurs,trices de l’art n’abondent pas !?

Que faire sinon rentrer penaud dans mes terres !?  Me taire ?

Combien de créateurs,trices victimes de telle néantisation se sont tus,es ?

Si 40 ans de vie d’homme ce n’est que du vide, qu’est-ce qui s’oppose à la destruction de ce… vide ?

 

C’est pour avoir réponse à cette question que, je dis, NON, ma l’œuvre de ma vie ce n’est pas RIEN ; que, je procède publiquement à cette mort annoncée et à cette mise en abîme de ce plein.

_____

 

Que ce spectacle suscite intérêt et médiatisation est le comble de l’échec, le mien et celui de mon apport à cette société dopée à sa dose quotidienne d’adrénaline que procure ce si attractif et attrayant spectacle de la destruction et de la mort ; destruction de nos actifs non-renouvelables ; destruction climatique ; destruction de populations victimes des guerres programmées par un irresponsable complexe techno-militaro-industriel qui prône la fuite en avant perpétuelle ; destruction de l’idée démocratique ; destruction de nos repères solidaires ; destruction de nos héritages culturels ; destruction de la bio-diversité et le la cultur-diversité.

 

Mon œuvre tout entier est un cri lancé contre cette intoxication. Il magnifie le sentiment d’être. Il rejette le dogme de la nouveauté à tout prix qui détruit nos héritages. Il s’oppose au tout à la technologie moderne qui pense utile de détruire les technologies anciennes ; à la performance éphémère, au Refus global. Il magnifie l’acceptation circonstanciée. Il tient compte du passé, de la valorisation autant nos savoir-faire anciens que ceux que nous apprenons à développer et apprivoiser.

_____

 

Il n’y a pas une telle chose que la fatalité des éternels recommencements, du partir de rien.

Nous ne sommes pas RIEN. Ni un vide que nous remplissons de nouveautés.

 

Nous sommes d’abord ce que nos devanciers,ières ont été. Leur sang coule dans nos veines. Comment pourrions-nous croire un seul instant que ce sang-là n’est pas autre que ce que nous pensons être ? L’ouverture à l’autre commence par reconnaître que nous ne réinventons pas le monde, nous sommes lui. Il est en nous, tel qu’il était. Nous ne sommes que les maillons d’une chaîne qui nous traverse.

 

J’abonde aujourd’hui à la destruction pour dénoncer la néantisation de l’être, et cet amour déréglé de ce qui détruit. Je réitère par l’absurde la démonstration de la force de vie.  Je vais détruire des œuvres, du moins ce qu’elles étaient. Pour que tels des Phénix, naisse de ces cendres un Acte de foi dans la vie qui n’est pas que recommencement, rupture, mais continuité. Autodafé donc ! (autodafé (du portugais « acto da fé », traduction du latin « actus fidei » — « acte de foi ») ), dans le plein de vie. Le contraire du vide et de ce qui nous aspire en lui.

 

Je ne suis pas RIEN. Je ne me tais pas, je ne rentre pas penaud dans mes « taires ».

 

Luc Archambault, St-Étienne-de-Lauzon | 2013 01 27 | www.luc-archambault.qc.ca

 

 

VERSION pdf via Google-docs

LA

© Copyright 2013 - Luc ARCHAMBAULT

  • w-facebook
  • w-tbird
  • w-flickr